Les mécanismes de l’évolution peuvent être difficiles à comprendre parce que l’évolution ne suit pas de plans définis et se matérialise donc par des adaptations dont le chemin est parfois surprenant. Cette vidéo parle d'un exemple flagrant de «l'aveuglement» ou «l'imperfection» de l'évolution : le parcours suivi par le nerf laryngien des girafes.

Chez les poissons, le nerf du larynx passe derrière les artères branchiales, pour aller directement au plus court jusqu’aux branchies. Au cours des millénaires, des poissons ont évolué en mammifères et certains de ces mammifères en girafe. Mais sans pour autant faire changer le plan de construction ! Chez les mammifères, qui ont un cou bien plus long que les poissons, ce nerf fait donc un énorme détour : il commence dans le cerveau, descend le long du cou puis passe sous la crosse aortique, à côté du cœur pour ensuite remonter le long cou et venir innerver le larynx. Au cours de l'évolution, ce nerf, bloqué par la crosse aortique, sera obligé de s'allonger en même temps que le cou pour atteindre une longueur de 4 mètres... alors que l'origine du nerf laryngien et le larynx ne sont distants que de quelques centimètres !

Le trajet du nerf pourrait paraitre absurde, jusqu’à ce qu’on se souvienne que la mutation qui aurait dû faire passer le nerf par un trajet direct est improbable, puisqu'elle aurait dû entrainer une réorganisation majeure de l’embryogenèse.

 

Cet exemple montre bien que l’évolution ne fait pas au plus directe, ni au plus logique ou au plus efficace... L’évolution est un mécanisme aveugle qui construit sur ce qui est déjà en place. Tant que ça passe, ça passe !

 

(En anglais, sous-titré en anglais)

 

Et au sujet des fausses idées qu'on pourrait se faire sur l'évolution : ici, une courte vidéo pour en corriger quelques-unes, comme le classique concept de «survie du plus fort» ou les «objectifs» de l'évolution.