Feux de cheminée : arriverons-nous à faire le deuil de nos traditions individualistes ?

Oui, pourquoi ?

Ceux qui subissent ces pollutions se retrouvent dans la même situation qu’en 1996 au sujet de l’amiante. Les élus leur faisaient aussi remarquer : “on ne peut rien faire, car, même si l'on sait que l’amiante est toxique, aucune loi ne l’interdit”.

 

Un feu qui ronronne une après-midi dans une cheminée émet autant de particules qu'un véhicule diésel âgé de huit ans ayant roulé plusieurs milliers de kilomètres

 

Julien Assoun, chef de service de la DRIEE Île-de-France

Cet article ne vise pas à faire interdire les feux de bois, mais à les encadrer pour réduire leur niveau de toxicité à un seuil «acceptable» (à notre époque) comme celui d'un véhicule roulant au diésel ou d'un chauffage au fuel. Car un feu de bois se consumant sans technologie adéquate est largement plus polluant : une demi-journée au coin du feu émet autant de particules fines qu’une voiture diésel qui roulerait pendant 3.500 km. Même un poêle certifié EPA (norme USA) fonctionnant 60 heures émet autant de particules qu’un moteur d’une voiture de moyenne cylindrée parcourant 18.000 kilomètres.(*) - (*)

● Il n'y a pas de niveau à partir duquel les fumées de bois pourraient être bonnes, ou inoffensives à respirer(*). Une seule particule cancérigène au mauvais endroit au mauvais moment peut suffire à déclencher une mutation cancérigène qui pourra entrainer le décès plusieurs dizaines d'années après l'exposition.

● Les fumées sont aussi mauvaises que celle des cigarettes, et probablement largement pires (*) (cette étude (*) sur des souris montre que les particules de fumée de bois sont 30 fois plus cancérigènes que celle des cigarettes). La fumée d’un feu de bois ordinaire contient des centaines de composés classés cancérigènes, mutagènes, tératogènes, et irritants pour le système respiratoire (*) -(*)-(*).
Les HAP et les composés organiques volatils (dont le benzène) (PAH en anglais): ils proviennent de la combustion incomplète de matières organiques telles que les carburants, le bois, le tabac. Ils sont présents dans l'air, l'eau ou l'alimentation. Le benzo [a] pyrène, est une molécule qui se trouve dans un bon nombre de mélanges d’HAP en proportion relativement constante (environ 10%). Cette molécule qu'on retrouve dans les fumées de bois est classée «cancérogène avéré» (groupe 1 du CIRC: il n'y a aucun doute). Trois autres HAP sont classées cancérogènes probables (groupe 2A du CIRC : cyclopenta [c,d] pyrène, dibenzo [a, h] anthracène et dibenzo [a, l] pyrène), et 11 autres sont classés cancérogènes possibles (groupe 2B). Quelques impacts sur la santé de HAP: carcinomes de la peau, cancer broncho-pulmonaire, tumeurs des voies urinaires, etc. Les émissions d'HAP ont diminué dans les années 90 grâce à la baisse de la consommation de bois dans le secteur résidentiel.

Ce rapport du gouvernement français sur l'origine de ces molécules dangereuses montre qu'en France, 77% des HAP viennent de la combustion de bois des particuliers (il s'est contenté de mesurer seulement 4 HAP ― il y en beaucoup plus...). Ce rapport montre aussi que les feux de bois des particuliers émettent à eux seuls 22% des émissions nationales de composés organiques volatils non méthaniques (COVNM). Les rapports suivants montrent la même chose.

Fumée de bois vs gaz d'échappement : la fumée de bois contient 150 fois plus d’HAP que les gaz d'échappement de voiture roulant au diésel (cf Table 2). Et à cela se rajoute le potentiel cancérigène des HAP contenues dans la fumée de bois qui est plus important que ceux contenus dans les gaz d'échappement de ces voitures. (Ces conclusions ont été confirmées par cette autre étude.). L’Institut norvégien pour la recherche atmosphérique (NILU) a publié des statistiques montrant que «les particules provenant de la combustion brulant dans les villes sont plus dangereuses que celles provenant du trafic routier». Les recherches menées par Statistics Norway (SSB) montrent que 61 % de ces particules dangereuses de l’air en Norvège proviennent de ses 1,7 million de feux de bois. Les véhicules privés, les autobus et les camions ne produisent que 39 % de ces particules (source, une étude d'Oslo).
PAH dans la fumée de bois vs celle de la circulation
Fumée de bois vs fumée de cigarette : on retrouve les HAP aussi bien dans les cigarettes que dans la fumée de bois (table 3). 16 composés d’HAP ont été classés comme polluants prioritaires par l'EPA des États-Unis. On en retrouve 5 dans la fumée de cigarette, mais tous les 16 dans la plupart des fumées de combustion des bois les plus communs (comme le chêne ou le sapin). L'équivalent d'HAP produit en une journée par la combustion d'un kilo de bois brulé dans des conditions normales dans un appareil de chauffage fonctionnant correctement correspond à la quantité d’HAP qu'on retrouverait dans la fumée de 16.000 à 222.000 cigarettes. Un poêle à bois fonctionnant correctement qui brulerait 30 kg de bois par jour, émettrait dans ses fumées l'équivalent de 0,5 à 7 millions de cigarettes. (Source du graphique ici et ). (Ici un article comparant les HAP des deux fumées)

Les PAHC, ou "dioxines" (hydrocarbures aromatiques polycycliques chlorés) font partie de la famille des organochlorés. Ce sont des Polluants Organiques Persistants (POP) au même titre que les pesticides ou encore les Polychloro Biphényles (PCB). Les dioxines font partie des polluants les plus toxiques et dangereux qu'on connaisse. Les dioxines produites lors de la combustion du bois (comme les TCDD ou «dioxine de Seveso») sont classées comme extrêmement cancérogènes (Groupe 1 du CIRC) pour l’homme (cancer du poumon, lymphome non Hodgkinien, et sarcome des tissus mous). Ces molécules s’accumulent dans la chaine alimentaire et sont aussi associées à des malformations congénitales, des altérations du développement de l'enfant, des troubles endocriniens…

Une étude de 12 mois sur 6 emplacements en Australie couvrant des sites industriels et résidentiels a montré que les concentrations en dioxine étaient quasiment nulles dans les sites industriels, sauf lorsque les poêles à bois étaient utilisés. La concentration de ces polluants était jusqu'à 10 fois plus élevée pendant la saison de chauffage au bois (voir le graphique 3 "Fig.3" de Gras et Müller, 2005).

PM10, 5, 2.5 et 1 : En 2002, le rapport de l’Afsset(*) a montré l’exposition chronique aux particules fines PM2, 5 est responsable chez les plus de 30 ans de 3% des décès au total et de 6% des décès par cancer du poumon.

Cette étude norvégienne qui a mesuré l'impact des fumées dégagées par le bois (WSPM) sur l'ADN des cellules conclus : "les PM (petites particules) contenues dans les fumées ont générées plus de dommages sur l'ADN de lignées cellulaires humaines, que les PM généré par le trafic routier par unité de masse. Les chercheurs estiment que c'est peut-être dû au niveau plus élevé d'HAP que contiennent les fumées de bois. Ceci suggère que l'exposition aux WSPM pourrait être plus dangereuse que les PM recueillies auprès d'échappement des véhicules au niveau du développement du cancer du poumon. Lire plus.

Selon les données du Centre interprofessionnel technique d’études de la pollution atmosphérique (Citepa) la combustion de bois en foyers domestiques est responsable en France de :
76 % des émissions d’HAP ;
60 % des émissions de benzène ;
39 % des émissions de particules fines ;
30 % des émissions de monoxyde de carbone ;
21 % des émissions de COV (données de 2005).
(Source)

 

rapport thumb 2009 gouv combustion bois FR

● Trois études de cohorte (suivi sur des dizaines d'années), indépendantes les unes des autres, menées aux États-Unis, ont trouvé des relations significatives entre les PM2, 5 et la mortalité cardio-pulmonaire (*)-(*)-(*). La plus grande de ces études se base sur 500.000 personnes et 120.000 décès. Une augmentation de 10 µgm-3 dans l'exposition annuelle de PM2.5 augmente les risques de mortalité cardiopulmonaire de 6 à 9% et les risques de mortalité par cancer du poumon de 8 à 14%.

 

 

Si vous pouvez voir ou sentir la fumée de votre poêle à bois, c’est que vous vous intoxiquez vous-même, mais aussi votre famille et vos voisins. (L'Autorité de protection de l'environnement australien (EPA)

 

taille des particules de la pollution d’air ● La plupart des particules générées par la combustion du bois sont plus petites que le micron, une taille probablement très dangereuse pour nos poumons. Ces particules sont tellement fines qu’elles échappent à nos défenses muco-ciliaires et peuvent se rendre directement dans la circulation sanguine, ce qui pose un risque pour le cœur. La taille de ces particules fait qu’elles résistent aussi au phénomène de décantation gravitationnelle, et peuvent donc rester dans l’air pendant des semaines après l'extinction du feu.(*)


● Les enfants qui vivent dans des maisons avec des cheminées actives ou des poêles à bois, ou dans les zones où la combustion du bois est commune, souffrent d’une incidence plus élevée d’asthme et de toux (*), de bronchites (*), d'otites, d'infections des voies respiratoires supérieures et de fonction pulmonaire compromise (*). Chez les adultes, la combustion du bois est associée à des visites plus fréquentes dans les salles d’urgence et à des hospitalisations pour maladies respiratoires, avec une mortalité accrue de crises cardiaques (*). L’inhalation de la fumée de bois, même à des niveaux relativement faibles, modifie les fonctions immunitaires pulmonaires, conduisant à une plus grande sensibilité aux rhumes, grippes et autres infections respiratoires. Tous ces effets sont supportés de manière disproportionnée par les enfants et les personnes âgées. La pollution de l'air intérieur lié à la combustion du bois est aussi liée à des risques plus élevés de retard de développement (poids) et de décès du nourrisson (*).

Woodsmoke cigaret

● Puisqu’aucune législation sérieuse n’encadre les feux (cheminée en hivers, barbecue en été), et que les feux sont beaucoup plus fréquents dans les villages, le nombre de particules cancérigènes flottant dans l’air dans les rues bordant les cheminées fumantes dépasse souvent celui de grandes agglomérations. Les risques de cancer (entre autres) provoqué par la pollution de l'air (PM5 ou PM2.5) sont donc aussi importants en campagne qu'en ville, voir plus en fonction de l'exposition.(*) L'exposition annuelle aux PM 2.5 dues aux fumées de bois à Armidale (une petite ville de 22.000 habitants, en Australie) équivaut à plus de deux fois la pollution au PM 2.5 de Sydney (4 millions d’habitants), toutes sources de pollution combinées (*). Les estimations montrent que la mortalité augmente de 6% pour chaque tranche supplémentaire de 10 µgm-3 de PM2.5. À Armidale en Australie, les chauffages au bois devraient augmenter la mortalité d'environ 7%, et couter, environ 3805 € par poêle à bois, par an, en dépense de santé.

● Les feux sont une source importante de pollution de l’air à l’intérieur des appartements. Les particules s’installent même dans des pièces qui ne sont pas sous l’influence directe du foyer, et elles perdurent longtemps après l’arrêt de l’appareil de combustion.(*)

● Une fois qu’ils ont quitté la cheminée, les gaz toxiques (le benzène par exemple) et les particules qui composent la fumée passent librement dans l'habitation et les habitations voisines. (Des études montrent que près de 70 % des fumées rentrent dans les bâtiments voisins (*).)

wood smoke, the dirty source of energy

● Lorsqu’il est brulé sans technologie adéquate, le bois est une source d’énergie extrêmement sale puisqu’il ne permet pas un chauffage efficace et génère beaucoup plus d’émissions toxiques que le gaz ou même le fioul. (L’utilisation de technologie adéquate augmente le rendement, et réduit en partie les émissions de particules).

Le chauffage au bois est responsable de 84% des émissions de PM 2,5 alors qu’il ne représente que 5% de l’ensemble des combustibles utilisés pour le chauffage résidentiel...(*)

Le gaz naturel, qui représente 80% des combustibles du chauffage résidentiel, émet moins de 3%. Les feux de bois contribuent à hauteur de 23% aux émissions totales de PM10 en Île-de-France, soit autant que l’échappement des véhicules routiers.(*)(Sur le graphique, le bleu correspond à la contribution des émissions annuelle de la combustion de combustibles solides domestiques (bois), les autres couleurs rassemblent le reste : les véhicules, l'industrie, etc. À Sydney)

En Europe, la pollution liée aux particules fines cause 432.000 morts prématurées chaque année, 43.400 en France (les deux principales causes sont le diesel et la combustion du bois) (*) (*). Dans le monde, 7 millions de personnes son tuées chaque année par les pollutions de l'air (*).

 

Nous devons réguler les feux de bois dans les zones d'habitation,

○ parce que la liberté des uns doit s’arrêter là où celle des autres commence et parce qu’il ne s’agit pas seulement de liberté, mais de la santé de tous.

○ parce que prendre soin de l’air que nous respirons tous ne devrait pas être une option, mais une obligation.

○ parce que l'air ne devrait plus être traité comme une poubelle.

 

 

Cette pétition nous donne la possibilité de nous soucier de ceux qui souffrent le plus de ces pollutions.

 

À lire aussi

Pollution générée par les feux de cheminée, ou par nos traditions, nos croyances et notre difficulté à nous soucier de ceux et ce qui nous entourent ?

 

Vous pouvez contribuer en proposant de nouvelles études et citations (se basant sur des études), et en signalant les erreurs et les études qui auraient été réfutées.

Rapport scientifiques

● Le rapport de l'Organisation mondiale de la Santé (se basant sur 113 études indépendantes) :

○ En bref : Pollution de l’air et santé

Le dossier complet.

Un rapport du comité régional de l’APPA ( l'utilisation du bois comme source d’énergie pour le chauffage, et les problèmes de pollution qu’il engendre lorsque sa combustion est réalisée dans de mauvaises conditions).

 

Dans les médias

Les innombrables petits feux domestiques tuent plus que les émissions de l'industrie ou des transports (Science et Vie)

Les émissions de particules fines du chauffage bois polluent l'air (PicBleu)

La vallée de Chamonix au bord de l'asphyxie (Public Senat)

Feu de cheminée : dans un an, ce sera interdit ! (France Info)

suivre l'actualité au sujet de ces pollutions (nouvelles études, législation des pays, actions de groupes)

 

En vidéo

Vallée de l’Arve: halte aux feux de cheminée !

Haute-Savoie : la vallée de l'Arve est la plus polluée de France

 

Régulations dans le monde

● Danemark : depuis janvier 2015 les émissions sont sévèrement contrôlées sur tout le pays. Les municipalités ont le pouvoir d'augmenter encore plus ces restrictions dans des endroits particuliers (à proximité des écoles, des maisons de retraite, etc.)

● Royaume-Uni : les fumées sont interdites ou contrôlées dans certaines régions du pays. Ceux qui se soucient de leur santé (de l'hygiène) peuvent donc s'installer dans ces régions.

● Canada : il est interdit au Québec de fabriquer ou vendre des appareils de chauffage au bois non conformes aux normes environnementales. Il est obligatoire à Montréal d’enregistrer les poêles et foyers au bois (l’amende est de 500$). À partir de 2018, les appareils de chauffage au bois seront interdits à Montréal à moins qu'ils répondent aux nouvelles normes d'émissions (2,5 GR de particules par heure). La ville de Montréal à mener des campagnes de sensibilisation pendant des années pour encourager les gens à prendre soin de l'air, et de leur voisin, en vain. Elles se sont soldées par un échec, puisqu'elles n'ont pas amélioré la situation. Ce qui marchera en en revanche c'est l'interdiction de l'installation de nouveaux engins de chauffage au bois qui prendra effet en 2009. Le nombre de ces jours brumeux (lié à la pollution), où les concentrations de PM2.5 dépassaient les 35 μg/m3 pendant plus de 3 heures sur 75% de la ville sont passé de 29 en 2009, à 10 en 2013.

● USA :

○ Certains états interdisent les appareils non certifiés, et la combustion de bois certains jours (No Burn Days). Le programme "Healthy Hearths" de la Californie interdit tous les appareils de chauffage au bois dans les nouveaux bâtiments ainsi que l'utilisation de tous les appareils de chauffage au bois à chaque fois que la pollution de l'air au PM2, 5 dépasse la norme de qualité de l'air.

○ L'opacité des fumées est régulée : dans l'état du Washington, les fumées de cheminée ne doivent pas avoir une opacité de plus de 20% pendant plus de 6 minutes consécutives, dans l'état du New Jersey, toute fumée visible traversant les lignes de propriété est une nuisance par définition. (voir les autres régulations).

Australie : de nouvelles régulations prendront effet en juillet 2016.

Nouvelle-Zélande : comme des études ont montré que les habitant des zones de chauffage au bois subissaient 68% de plus de décès liés à des problèmes respiratoires, 22% de problème circulatoire, et que le taux de mortalité était plus élevé de 16% de que les autres régions, les poêles à bois ont été interdits dans les nouvelles constructions de ces régions. Christchurch a interdit l'utilisation de vieux poêle à bois (de plus de 15 ans). Otago restreint l'utilisation de certains poêles à bois depuis 2012 et impose l'utilisation d'appareil (plus) respectueux. Les nombreuses campagnes de prévention ont permis aux citoyens de prendre conscience des dangers des poils à bois. Il est possible de dénoncer les cheminées qui fument à des associations qui se rendront dans ces foyers polluant pour leur apprendre à faire des feux plus respectueux de leur entourage.

Irlande : Dublin a fini par interdire les fumées de cheminée (bois, charbon...) en 1990. L'impact de cette décision à permis de sauver 2.000 personnes dans les 6 ans après l'interdiction (8.000 en 25 ans) : 15,5% de moins de décès respiratoires, 10,3% au niveau cardiovasculaire. La différence est tellement flagrante que l'interdiction a été étendue dans d'autres régions, notamment les villes de plus de 7.000 habitants. En 2013, 986 inspections des fumées ont été effectuées par le gouvernement et plus de 100 mesures ont été mises en place.

Novège : suite aux alarmants résultats des études réalisées depuis peu sur la qualité de l'air, les Norvégiens (qui se chauffent souvent au bois) commencent à s'organiser. FriskBy (une petite asso de Bergen) souhaite engager les étudiants de plusieurs écoles secondaires pour construire, déployer et surveiller plus de 200 capteurs de mesure de qualité de l’air. Certains de ces capteurs seront placés à différents endroits de la ville, d’autres seront mobiles, portés par les étudiants pendant leurs déplacements à pied, en vélo (ces appareils ne sont pas chers, ils fonctionnent avec des smartphones et seront achetés et prêtés par les communes.)

Pays-Bas : voir le commentaire de Merel Brinkman (hollandais) sous l'article anglais.

● France : aucune régulation.

 

Cette liste n'est pas exhaustive, n’hésitez pas à nous aider à la compléter, ou la mettre à jour en postant un commentaire ci-dessous.

Vous trouverez encore plus d'informations sur http://woodsmoke.3sc.net/

 

Ils en souffrent et demandent une règlementation des feux de bois

Australie: Woodsmoke (cette asso a fait un énorme travail de recherche sur le sujet, et a réussi à changer les législations)

USA: Families For Clean AirBurning IssuesClean Air FairbankSpare The Air

Pays-Bas: Platform HoutstookHoutrook

France:

Respire

PPA de la vallée de l'Arve La vallée de l'Arve est l'une des 11 zones françaises où la pollution de l’air dépasser les seuils fixés par la Commission Européenne. Le particulier est responsable de 50% des rejets de particules. Elles sont issues à 99,3% du chauffage. 87% de ces particules sont produites par le chauffage individuel au bois (principalement de cheminée ouverte ou d’appareil anciens).

 

Quelques études à ce sujet

● 16th European Biomass Conference and Exhibition, 2–6 June 2008, Valencia, Spain –Oral Presentation OA9.5 (Une étude Suisse : influence of ignition and operation type on particle emissions from residential wood combustion)

● Air Resources Board (2014). California emission inventory data [online database]. Sacramento, CA: California Environmental Protection Agency (http://www.arb.ca.gov/ ei/emsmain/emsmain.htm, accessed 22 September 2014).

● Allen RW, Adar SD, Avol E, Cohen M, Curl CL, Larson T et al. (2012). Modeling the residential infiltration of outdoor PM2.5 in the Multi-Ethnic Study of Atherosclerosis and Air Pollution (MESA Air). Environ Health Perspect. 120(6):824–830.

● Allen RW, Carlsten C, Karlen B, Leckie S, van Eeden S, Vedal S et al. (2011). An air filter intervention study of endothelial function among healthy adults in a woodsmokeimpacted community. Am J Respir Crit Care Med. 183(9):1222–1230.

● Allen RW, Leckie S, Millar G, Brauer M (2009). The impact of wood stove technology upgrades on indoor residential air quality. Atmos Environ. 43(37):5908–5915. Alliance for Green Heat (2011). 2010 census shows wood is fastest growing heating fuel in US. Takoma Park, MD: Alliance for Green Heat (http://forgreenheat.blogspot. co.uk/2011/10/2010-census-shows-wood-is-fastest.html, accessed 21 October 2014).

Autres études
●Alliance for Green Heat (2013). Wood Stove Decathlon. Takoma Park, MD: Alliance for Green Heat (http://www.forgreenheat.org/stovedesign.html, accessed 26 November 2014).

●Alliance for Green Heat (2014). Policy: international – Sweden. Takoma Park, MD: Alliance for Green Heat (http://www.forgreenheat.org/policy/international/sweden. html, accessed 1 October 2014).

● Amann M, Bertok I, Borken-Kleefeld J, Cofala J, Heyes C, Hoeglund-Isaksson L, Klimont Z, Nguyen B, Posch M, Rafaj P, Sandler R, Schoepp W, Wagner F, Winiwarter W (2011). Cost-effective control of air quality and greenhouse gases in Europe: Modeling and policy applications. Environmental Modelling & Software, 26 (12):1489-1501. Amann M, Borken-Kleefeld J, Cofala J, Hettenlingh JP, Heyes C, Höglund-Isaksson L, et al. (2014). The Final Policy Scenarios of the EU Clean Air Policy Package. Laxenburg: International Institute for Applied Systems Analysis (http://www.iiasa.ac.at/web/home/ research/researchPrograms/MitigationofAirPollutionandGreenhousegases/TSAP_11- finalv1-1a.pdf, accessed 13 November 2014).

● Arbex MA, Martins LC, de Oliveira RC, Pereira LAA, Arbex FF, Delfini Cançado JE et al. (2007). Air pollution from biomass burning and asthma hospital admissions in a sugar cane plantation area in Brazil. J Epidemiol Community Health. 61(5):395–400. Areskoug H, Camner P, Dahlén S-E, Låstbom L, Nyberg F, Pershagen G et al. (2000). Particles in ambient air: a health risk assessment. Scand J Work Environ Health. 26:1– 96.

● BAAQMD (2014a). Wood burning regulation. San Francisco, CA: Bay Area Air Quality Management District (http://www.sparetheair.org/Stay-Informed/ParticulateMatter/Wood-Smoke/Regulation.asp, accessed 21 October 2014).

● BAAQMD (2014b). Regulation 6, particulate matter and visible emissions: Rule 3, wood-burning devices. San Francisco, CA: Bay Area Air Quality Management District (http://www.baaqmd.gov/?sc_itemid=D39A3015-453E-4A0D-9C76-6F7F4DA5AED5, accessed 1 October 2014).

● Barn P, Larson T, Noullett M, Kennedy S, Copes R, Brauer M (2008). Infiltration of forest fire and residential wood smoke: an evaluation of air cleaner effectiveness. J Expo Sci Environ Epidemiol. 18:503–511.

● Barreca A, Clay K, Tarr J (2014). Coal, smoke, and death: bituminous coal and American home heating. Cambridge, MA: National Bureau of Economic Research (NBER Working Paper No. 19881; http://www.nber.org/papers/w19881, accessed 25 September 2014).

● Barregard L, Sällsten G, Andersson L, Almstrand A-C, Gustafson P, Andersson M et al. (2008). Experimental exposure to wood smoke: effects on airway inflammation and oxidative stress. Occup Environ Med. 65:319–324.

● Barregard L, Sällsten G, Gustafson P, Andersson L, Johansson L, Basu S et al. (2006). Experimental exposure to wood-smoke particles in healthy humans: effects on markers of inflammation, coagulation, and lipid peroxidation. Inhal Toxicol. 18:845–853. Bartecchi C, Alsever RN, Nevin-Woods C, Thomas WM, Estacio RO, Bartelson BB et al. (2006). Reduction in the incidence of acute myocardial infarction associated with a citywide smoking ordinance. Circulation 114:1490–1496.

● Bennett DH, McKone TE, Evans JS, Nazaroff WW, Margni MD, Jolliet O et al. (2002). Peer reviewed: defining intake fraction. Environ Sci Technol. 36(9):206A–211A. Bhalla K, Shotten M, Cohen A, Brauer M, Shahraz S, Burnett R et al. (2014). Transport for health: the global burden of disease from motorized road transport. Washington, DC: World Bank (http://documents.worldbank.org/curated/en/2014/01/19308007/ transport-health-global-burden-disease-motorized-road-transport, accessed 30 September 2014).

● Bond TC, Doherty SJ, Fahey DW, Forster PM, Berntsen T, DeAngelo BJ et al. (2013). Bounding the role of black carbon in the climate system: a scientific assessment. J Geophys Res Atmos. 118(11):5380–5552.

● Bonjour S, Adair-Rohani H, Wolf J, Bruce NG, Mehta S et al. (2013). Solid fuel use for household cooking: country and regional estimates for 1980–2010. Environ Health Perspect. 121:784–790.

● Boström C-E, Levander T, Persson B (1982). Luftfororeningar i Sverige 1970-1980 [Air pollution in Sweden 1970–1980]. Solna: Swedish Environmental Protection Agency.

● Braniš M, Domasová M (2003). PM10 and black smoke in a small settlement: case study from the Czech Republic. Atmos Environ. 37(1):83–92.

● Brimblecombe P (2012). The big smoke: a history of air pollution in London since medieval times. New York: Routledge.

● Brites (2014). Domestic grants and assistance. Enniskillen: Brites (http:// www.brites.eu/grants-assistance/, accessed 1 October 2014).

● Caamano-Isorna F, Figueiras A, Sastre I, Montes-Martinez A, Taracido M, PiñeiroLamas M (2011). Respiratory and mental health effects of wildfires: an ecological study in Galician municipalities (north-west Spain). Environ Health. 10:48.

● Caseiro A, Bauer H, Schmidl C, Pio CA, Puxbaum H (2009). Wood burning impact on PM10 in three Austrian regions. Atmosc Environ. 43 (13):2186–2195.

● Chafe ZA, Brauer M, Klimont Z, Dingenen RV, Mehta S et al. (2014). Household cooking with solid fuels contributes to ambient PM2.5 air pollution and the burden of disease. Environ Health Perspect. DOI:10.1289/ehp.120634.

● Chafe ZA, Brauer M, Klimont Z, Dingenen RV, Mehta S et al. (in press). Ambient air quality (PM2.5) and human health effects of household combustion of solid fuels (wood, coal) for space heating.

● City of Albuquerque (2014). Burn restrictions. Albuquerque: City of Albuquerque (http://www.cabq.gov/airquality/todays-status/burn-no-burn/burnrestrictions#details-of-burn-regulations, accessed 21 October 2014).

● Clancy L, Goodman P, Sinclair H, Dockery DW (2002). Effect of air-pollution control on death rates in Dublin, Ireland: an intervention study. Lancet. 360:1210–1214.

● CSA Group (2010). B415.1-10 – performance testing of solid-fuel-burning heating appliances. Toronto: CSA Group (http://shop.csa.ca/en/canada/fuel-burningequipment/b4151-10/invt/27013322010, accessed 21 October 2014).

● Cupitt, L. T., Glen, W. G., and Lewtas, J. 1994. Exposure and risk from ambient particle-bound pollution in an airshed dominated by residential wood combustion and mobile sources. Environ. Health Perspect. 102(S4):75–84.

● Dennekamp M, Abramson MJ (2011). The effects of bushfire smoke on respiratory health. Respirology 16:198–209.

● Dockery D, Rich DQ, Goodman PG, Clancy L, Ohman-Strickland P, George P et al. (2013). Effect of coal bans on air quality and health in Ireland. Boston, MA: Health Effects Institute (Research Report 176; http://pubs.healtheffects.org/view.php?id=409, accessed 1 October 2014).

● Duclos P, Sanderson LM (1990). The 1987 forest fire disaster in California: assessment of emergency room visits. Arch Environ Health. 45:53–58.

● Dzioubinski O, Chipman R (1999). Trends in consumption and production: household energy consumption. New York: United Nations Department of Economic and Social Affairs (DESA Discussion Paper No. 6; http://sustainabledevelopment.un.org/index.ph p?page=view&type=400&nr=77&menu=35, accessed 25 September 2014).

● ECF (2010). Biomass for heat and power: opportunity and economics. The Hague: European Climate Foundation (http://www.europeanclimate.org/documents/Biomass_ report_-_Final.pdf, accessed 22 September 2014).

● EC JRC (2014). ACU – Air and Climate Unit. Brussels: European Commission Joint Research Centre (http://ccaqu.jrc.ec.europa.eu/home.php, accessed 21 October 2014).

● Environment Canada (2006). Model municipal by-law for regulating wood heating appliances. Ottawa: Environment Canada (http://publications.gc.ca/ pub?id=286239&sl=0, accessed 21 October 2014).

● EPA (2014). Agencies – ordinances and regulations. Research Triangle Park, NC: United States Environmental Protection Agency (http://www.epa.gov/burnwise/ ordinances.html, accessed 1 October 2014).

● Epstein PR, Buonocore JJ, Eckerle K, Hendryx M, Stout III BM, Heinberg R et al. (2011). Full cost accounting for the life cycle of coal. Ann N Y Acad Sci. 1219:73–98. Eriksson AC, Nordin EZ, Nyström R, Pettersson E, Swietlicki E, Bergvall C et al.

● (2014). Particulate PAH emissions from residential biomass combustion: time-resolved analysis with aerosol mass spectrometry. Environ Sci Technol. 48 (12):7143–7150.

● European Commission (2009). Directive 2009/125/EC of the European Parliament and of the Council of 21 October 2009 establishing a framework for the setting of ecodesign requirements for energy-related products. O. J. E. U., L 285 (http://ec.europa.eu/ enterprise/policies/european-standards/harmonised-standards/ecodesign/index_ en.htm, accessed 21 October 2014).

● FAO (2010). What woodfuels can do to mitigate climate change. Rome: Food and Agriculture Organization of the United Nations (FAO Forestry Paper 162; http://www. fao.org/docrep/013/i1756e/i1756e00.htm, accessed 1 October 2014).

● Frederiksen S, Werner S (2013). District heating and cooling. Lund: Studentlitteratur. Gan WQ, FitzGerald JM, Carlsten C, Sadatsafavi M, Brauer M (2013). Associations of ambient air pollution with chronic obstructive pulmonary disease hospitalization and mortality. Am J Respir Crit Care Med. 187:721–727.

● Gehring U, Tamburic L, Sbihi H, Davies H, Brauer M (2014). Impact of noise and air pollution on pregnancy outcomes. Epidemiology. 25:351–358.

● Ghio AJ, Soukup JM, Case M, Dailey LA, Richards J, Berntsen J et al. (2011). Exposure to wood smoke particles produces inflammation in healthy volunteers. Occup Environ Med. 69 (3):170–5.

● Gianelle V, Colombi C, Caserini S, Ozgen S, Galante S, Marongiu A et al. (2013). Benzo(a)pyrene air concentrations and emission inventory in Lombardy region, Italy. Atmos Pollut Res. 4:257–266.

● Golshan M, Faghihi M, Roushan-Zamir T, Marandi MM, Esteki B, Dadvand P et al. (2002). Early effects of burning rice farm residues on respiratory symptoms of villagers in suburbs of Isfahan, Iran. Int J Environ Health Res. 12(2):125–131.

● Goodman P, Agnew M, McCaffrey M, Paul G, Clancy L (2007). Effects of the Irish smoking ban on respiratory health of bar workers and air quality in Dublin pubs. Am J Respir Crit Care Med. 175:840–845.

● Hanigan I, Johnston F, Morgan G (2008). Vegetation fire smoke, indigenous status and cardio-respiratory hospital admissions in Darwin, Australia, 1996–2005: a time-series study. Environ Health. 7:42.

● Hine DW, Bhullar N, Marks ADG, Kelly P, Scott JG (2011). Comparing the effectiveness of education and technology in reducing wood smoke pollution:a field experiment. J Environ Psychol. 31:282–288.

● Hine DW, Marks ADG, Nachreiner M, Gifford R, Heath Y (2007). Keeping the home fires burning: the affect heuristic and wood smoke pollution. J Environ Psychol. 27:26–32. Hoek G, Kos G, Harrison R, de Hartog J, Meliefste K, ten Brink H et al. (2008). Indoor– outdoor relationships of particle number and mass in four European cities. Atmos Environ. 42(1):156–169.

● Holstius D, Reid C, Jesdale B, Morello-Frosch R (2012). Birth weight following pregnancy during the 2003 Southern California wildfires. Environ Health Perspect. 120:1340–1345.

● Houck JE, Eagle BN (2006). Control analysis and documentation for residential wood combustion in the MANE-VU Region. Baltimore, MD: Mid-Atlantic Regional Air Management Association.

● IARC (2010). Household use of solid fuels and high-temperature frying. Lyon: IARC (IARC monographs on the evaluation of carcinogenic risks to humans, vol. 95; http:// monographs.iarc.fr/ENG/Monographs/vol95/, accessed 21 October 2014).

● IEA (2013). Nordic energy technology perspectives: pathways to a carbon neutral energy future. Paris: International Energy Agency (http://energioresund.org/pic_m/23_ verdi_182_Nordic-Energy-Technology-Perspectives.pdf, accessed 22 September 2014).

● IIASA (2014). Greenhouse gas – air pollution interactions and synergies (GAINS) model. Laxenburg: International Institute for Applied Systems Analysis (http://gains. iiasa.ac.at/models/, accessed 21 October 2014).

● Jacobs J, Kreutzer R (1997). Rice burning and asthma hospitalizations, Butte County, California, 1983–1992. Environ Health Perspect. 105:980–985.

● Jacobson LdSV, Hacon SdS, Castro HAd, Ignotti E, Artaxo P, Ponce de Leon ACM (2012). Association between fine particulate matter and the peak expiratory flow of schoolchildren in the Brazilian subequatorial Amazon: a panel study. Environ Res. 117:27–35.

● Janssen NA, Gerlofs-Nijland ME, Lanki T, Salonen RO, Cassee F, Hoek G et al. (2012). Health effects of black carbon. Copenhagen: WHO Regional Office for Europe;

● (http://www.euro.who.int/en/health-topics/environment-and-health/air-quality/ publications/2012/health-effects-of-black-carbon, accessed 26 September 2014).

● Jeong C-H, Evans GJ, Dann T, Graham M, Herod D, Dabek-Zlotorzynska E et al. (2008). Influence of biomass burning on wintertime fine particulate matter: source contribution at a valley site in rural British Columbia. Atmos Environ. 42:3684–3699.

● Johnston F, Bailie R, Pilotto L, Hanigan I (2007). Ambient biomass smoke and cardiorespiratory hospital admissions in Darwin, Australia. BMC Public Health. 7:240.

● Johnston F, Hanigan I, Henderson S, Morgan G (2013). Evaluation of interventions to reduce air pollution from biomass smoke on mortality in Launceston, Australia: retrospective analysis of daily mortality, 1994–2007. BMJ. 346:e8446–e8446.

● Johnston F, Henderson S, Chen Y, Randerson JT, Marlier M, Defries RS et al. (2012). Estimated global mortality attributable to smoke from landscape fires. Environ Health Perspect. 120:695–701.

● Karr CJ, Demers PA, Koehoorn MW, Lencar CC, Tamburic L, Brauer M (2009). Influence of ambient air pollutant sources on clinical encounters for infant bronchiolitis. Am J Respir Crit Care Med. 180:995–1001.

● Kim E, Hopke PK (2008). Source characterization of ambient fine particles at multiple sites in the Seattle area. Atmos Environ. 42(24):6047–6056.

● Kjällstrand J, Olsson M (2004). Chimney emissions from small-scale burning of pellets and fuelwood – examples referring to different combustion appliances. Biomass Bioenergy. 27(6):557–561.

● Kocbach Bølling A, Pagels J, Yttri K, Barregard L, Sallsten G, Schwarze PE et al. (2009). Health effects of residential wood smoke particles: the importance of combustion conditions and physicochemical particle properties. Part Fibre Toxicol. 6:29.

● Kunii O, Kanagawa S, Yajima I, Hisamatsu Y, Yamamura S, Amagai T et al. (2002). The 1997 haze disaster in Indonesia: its air quality and health effects. Arch Environ Health. 57:16–22.

● Kupiainen K, Klimont Z (2007). Primary emissions of fine carbonaceous particles in Europe. Atmos Environ 41(10): 2156-2170.

● Larson T, Gould T, Simpson C, Liu LJS, Claiborn C, Lewtas J (2004). Source apportionment of indoor, outdoor, and personal PM2.5 in Seattle, Washington, using positive matrix factorization. J Air Waste Manag Assoc. 54(9):1175–1187.

● Larson T, Koenig JQ (1994). Wood smoke: emissions and noncancer respiratory effects. Annu Rev Public Health. 15:133–156.

● Levander T, Bodin S (2014). Controlling emissions from wood burning: legislation and regulations in Nordic countries to control emissions from residential wood burning – an examination of past experience. Copenhagen: Nordic Council of Ministers.

● Lighty JS, Veranth JM, Sarofim AF (2000). Combustion aerosols: factors governing their size and composition and implications to human health. J Air Waste Manag Assoc. 50(9):1565–1618.

● Lim SS, Vos T, Flaxman AD, Danaei G, Shibuya K, Adair-Rohani H et al. (2012). A comparative risk assessment of burden of disease and injury attributable to 67 risk factors and risk factor clusters in 21 regions, 1990–2010: a systematic analysis for the Global Burden of Disease Study 2010. Lancet. 380:2224–2260.

● Long WQ, Tate RB, Neuman M, Manfreda J, Becker AB, Anthonisen NR (1998). Respiratory symptoms in a susceptible population due to burning of agricultural residue. Chest. 113:351–357.

● Loomis D, Grosse Y, Lauby-Secretan B, Ghissassi FE, Bouvard V Benbrahim-Tallaa L et al. (2013). The carcinogenicity of outdoor air pollution. Lancet Oncol. 14(13):1262–1263.

● MacIntyre EA, Karr CJ, Koehoorn M, Demers PA, Tamburic L, Lencar C et al. (2011). Residential air pollution and otitis media during the first two years of life. Epidemiology. 22:81–89.

● Mazzoleni LR, Zielinska B, Moosmuller H (2007). Emissions of levoglucosan, methoxy phenols, and organic acids from prescribed burns, laboratory combustion of wildland fuels, and residential wood combustion. Environ Sci Technol. 41 (7):2115–2122.

● McCracken JP, Wellenius GA, Bloomfield GS, Brook RD, Tolunay HE, Dockery DW et al. (2012). Household air pollution from solid fuel use: evidence for links to CVD. Glob Heart. 7(3):223–234.

● Mirabelli MC, Kunzli N, Avol E, Gilliland FD, Gauderman WJ, McConnell R et al. (2009). Respiratory symptoms following wildfire smoke exposure: airway size as a susceptibility factor. Epidemiology. 20:451–459.

● Mott JA, Mannino DM, Alverson CJ, Kiyu A, Hashim J, Lee T et al. (2005). Cardiorespiratory hospitalizations associated with smoke exposure during the 1997 Southeast Asian forest fires. Int J Hyg Environ Health. 208:75–85.

● Naeher LP, Brauer M, Lipsett M, Zelikoff JT, Simpson CD, Koenig JQ et al. (2007). Woodsmoke health effects: a review. Inhal Toxicol. 19(1):67–106.

● Noonan C, Navidi W, Sheppard L, Palmer CP, Bergauff M, Hooper K et al. (2012). Residential indoor PM2.5 in wood stove homes: follow-up of the Libby changeout program. Indoor Air. 22:492–500.

● Ofgem (2014). About the Domestic Renewable Heat Incentive. London: Office of Gas and Electricity Markets (https://www.ofgem.gov.uk/environmentalprogrammes/domestic-renewable-heat-incentive/about-domestic-renewable-heatincentive, accessed 22 September 2014).

● Olsson M, Kjällstrand J (2006). Low emissions from wood burning in an ecolabelled residential boiler. Atmos Environ. 40:1148–1158.

● Ovadnevaité J, Kvietkus K, Maršalka A (2006). 2002 summer fires in Lithuania: impact on the Vilnius city air quality and the inhabitants health. Sci Total Environ. 356:11–21.

● Pearson P, Bodin S, Nordberg L, Pettus A (2013). On thin ice: how cutting pollution can slow warming and save lives, vol. 1. Washington DC: World Bank (http://documents. worldbank.org/curated/en/2013/10/18496924/thin-ice-cutting-pollution-can-slowwarming-save-lives-vol-1-2-main-report, accessed 22 September 2014).

● Piazzalunga A, Belis C, Bernardoni V, Cazzuli O, Fermo P, Valli G et al. (2011). Estimates of wood burning contribution to PM by the macro-tracer method using tailored emission factors. Atmos Environ. 45(37):6642–6649.

● Riahi K, Dentener F, Gielen D, Grubler A, Jewell J, Klimont Z et al. (2012). Energy pathways for sustainable development. In: Global Energy Assessment: toward a sustainable future. Cambridge: Cambridge University Press: pp. 1203–1306 (http:// catalog.ipbes.net/assessments/101, accessed 30 September 2014).

● Riddervold IS, Bønløkke JH, Mølhave L, Massling A, Jensen B, Grønborg TK et al. (2011). Wood smoke in a controlled exposure experiment with human volunteers. Inhal Toxicol. 23(5):277–288.

● Ries FJ, Marshall JD, Brauer M (2009). Intake fraction of urban wood smoke. Environ Sci Technol. 43 (13):4701–4706.

● Saarnio K, Niemi JV, Saarikoski S, Aurela M, Timonen H, Teinilä K et al. (2012). Using monosaccharide anhydrides to estimate the impact of wood combustion on fine particles in the Helsinki Metropolitan Area. Boreal Environ Res. 17(3–4):163–183.

● Saffari A, Daher N, Samara C, Voutsa D, Kouras A et al. (2013). Increased biomass burning due to the economic crisis in Greece and its adverse impact on wintertime air quality in Thessaloniki. Environ. Sci. Technol. 47:13313–13320.

● Schipper L, Ketoff A, Kahane A (1985). Explaining residential energy use by international bottom-up comparisons. Annu Rev Energy. 10:341–405.

● SEAI (2014). Greener homes scheme statistics. Dublin: Sustainable Energy Authority of Ireland (http://www.seai.ie/Grants/GreenerHomes/Scheme_Statistics/, accessed 1 October 2014).

● Sehlstedt M, Dove R, Boman C, Pagels J, Swietlicki E, Löndahl J et al. (2010). Antioxidant airway responses following experimental exposure to wood smoke in man. Part Fibre Toxicol. 7:21.

● Smith K, Bruce N, Balakrishnan K, Adair-Rohani H, Balmes J, Chafe Z et al. (2014). Millions dead: how do we know and what does it mean? Methods used in the comparative risk assessment of household air pollution. Annu Rev Public Health. 35:185–206.

● Smith K, Jerrett M, Anderson HR, Burnett RT, Stone V, Derwent R et al. (2009). Public health benefits of strategies to reduce greenhouse-gas emissions: health implications of short-lived greenhouse pollutants. Lancet. 374:2091–2103.

● Smith K, McCracken JP, Weber M, Hubbard A, Jenny A, Thompson LM et al. (2011). Effect of reduction in household air pollution on childhood pneumonia in Guatemala (RESPIRE): a randomized controlled trial. Lancet. 378:1717–1726.

● Solomon C (2003). The effect of smoke from burning vegetative residues on airway inflammation and pulmonary function in healthy, asthmatic, and allergic individuals. Sacramento, CA: California Environmental Protection Agency (http://www.arb.ca.gov/ research/single-project.php?row_id=59924, accessed 30 September 2014).

● Statistics Finland (2014). Energy 2013 [online database]. Helsinki: Statistics Finland (http://pxweb2.stat.fi/sahkoiset_julkaisut/energia2013/html/engl0000.htm, accessed 6 November 2014).

● Taimisto P, Tainio M, Karvosenoja N, Kupiainen K, Porvari P, Karppinen A et al. (2011). Evaluation of intake fractions for different subpopulations due to primary fine particulate matter (PM2.5) emitted from domestic wood combustion and traffic in Finland. Air Qual Atmos Health. 4:199–209.

● UNECE (2012). Decision 2012/2: amendment of the text of and annexes II to IX to the 1999 Protocol to Abate Acidification, Eutrophication and Ground-level Ozone and the addition of new annexes X and XI. Geneva: United Nations Economic Commission for Europe (http://www.unece.org/env/lrtap/multi_h1.html, accessed 1 October 2014).

● UNEP, WMO (2011). Integrated assessment of black carbon and tropospheric ozone. Nairobi: United Nations Environment Program and World Meteorological Organization (http://climate-l.iisd.org/news/unep-wmo-release-black-carbon-and-troposphericozone-assessment/, accessed 1 October 2014).

● United States Census Bureau (2011). Historical census of housing tables: house heating fuel. Washington, DC: United States Census Bureau (https://www. census.gov/hhes/www/housing/census/historic/fuels.html, accessed 25 September 2014).

● Unosson J, Blomberg A, Sandstrom T, Muala A, Boman C, Nyström R et al. (2013). Exposure to wood smoke increases arterial stiffness and decreases heart rate variability in humans. Part Fibre Toxicol. 10:20.

● Ward T, Boulafentis J, Simpson J, Hester C, Moliga T, Warden K et al. (2011). Lessons learned from a woodstove changeout on the Nez Perce Reservation. Sci Total Environ. 409:664–670.

● Ward T, Lange T (2010). The impact of wood smoke on ambient PM2.5 in northern Rocky Mountain valley communities. Environ Pollut. 158:723–729.

● Ward T, Palmer C, Bergauff M, Hooper K, Noonan C (2008). Results of a residential indoor PM2.5 sampling program before and after a woodstove changeout. Indoor Air. 18:408–415.

● Ward T, Palmer C, Bergauff M, Jayanty RKM, Noonan C (2011). Organic/elemental carbon and woodsmoke tracer concentrations following a community wide woodstove changeout program. Atmos Environ. 45:5554–5560.

● Ward T, Palmer C, Noonan C (2010). Fine particulate matter source apportionment following a large woodstove changeout program in Libby, Montana. J Air Waste Manage Assoc. 60:688–693.

● WHO (2014a). Indoor air quality guidelines for household fuel combustion. Geneva: World Health Organization (http://www.who.int/indoorair/guidelines/hhfc, accessed 12 November 2014).

● WHO (2014b). Frequently asked questions: ambient and household air pollution and health – update 2014. Geneva: World Health Organization (http://www.who.int/phe/ health_topics/outdoorair/databases/en/, accessed 26 September 2014).

● WHO Regional Office for Europe (2006). WHO air quality guidelines: global update 2005 – particulate matter, ozone, nitrogen dioxide and sulfur dioxide. Copenhagen: WHO Regional Office for Europe (http://www.euro.who.int/en/health-topics/environmentand-health/air-quality/publications/pre2009/air-quality-guidelines.-global-update- 2005.-particulate-matter,-ozone,-nitrogen-dioxide-and-sulfur-dioxide, accessed 21 October 2014).

● WHO Regional Office for Europe (2013). Review of evidence on health aspects of air pollution – REVIHAAP project: technical report. Copenhagen: WHO Regional Office for Europe (http://www.euro.who.int/en/health-topics/environment-and-health/air-quality/ publications/2013/review-of-evidence-on-health-aspects-of-air-pollution-revihaapproject-final-technical-report), accessed 26 November 2014.

 

 

○ En Europe, la pollution liée aux particules fines cause 432.000 morts prématuréeschaque année, 43.400 en France (les deux principales causes sont le diesel et la combustion du bois) (*) (*). Dans le monde, 7 millions de personnes son tuées chaque année par les pollutions de l'air (*).