Evolution

Evolution

  • L'évolution n'a pas de but, c'est un mécanisme aveugle de constructions sur ce qui est déjà en place.

    Evolution Has No Goal

    Les mécanismes de l’évolution peuvent être difficiles à comprendre parce que l’évolution ne suit pas de plans définis et se matérialise donc par des adaptations dont le chemin est parfois surprenant. Cette vidéo parle d'un exemple flagrant de «l'aveuglement» ou «l'imperfection» de l'évolution : le parcours suivi par le nerf laryngien des girafes. Chez les poissons, le nerf du larynx passe derrière les artères branchiales, pour aller directement au plus court jusqu’aux branchies. Au cours des millénaires, des poissons ont évolué en mammifères et certains de ces mammifères en girafe. Mais sans pour autant faire changer le plan de construction ! Chez les mammifères, qui ont un cou bien plus long que les poissons, ce nerf fait donc un énorme détour : il commence dans le cerveau, descend le long du cou puis passe sous la crosse aortique, à côté du cœur pour ensuite remonter le long cou et venir innerver le larynx. Au cours de l'évolution, ce nerf, bloqué par la crosse aortique, sera...

    Lire la suite...

  • Comprendre la psychologie évolutionniste

    Evolution Has No Goal

    La psychologie évolutionniste n’est pas vraiment une sous-discipline de la psychologie, elle est plutôt une nouvelle façon d’aborder les questions de cette discipline en leur ajoutant une perspective particulière : celle de l’évolution. Au lieu de considérer l’esprit humain comme une Table Rase, une sorte d’ardoise vierge sur laquelle tout (ou pas loin) viendrait s’inscrire (comme l’affirme le courant dominant des sciences sociales), les psychologues évolutionnistes voient plutôt le cerveau comme un couteau suisse : un assemblage d’outils servant chacun à une fonction particulière et ayant été sélectionnés et façonné par l’évolution. La psychologie évolutive reconnait bien entendu que chaque individu développe au cours de sa vie des compétences et des préférences qui lui sont propres. Mais elle affirme que derrière ces attributs personnels, qui peuvent être appris, se retrouvent aussi certaines attitudes innées, universelles, qu’on retrouve dans toutes les cultures humaines. Cette...

    Lire la suite...

  • Les mythes et les fausses idées qu'on se fait sur l'évolution

    Evolution Has No Goal

    "Survie du plus fort", "adaptation à l'environnement", "les objectifs de l'évolution"... : une petite vidéo pour corriger les fausses idées qu'on pourrait se faire sur l'évolution. (Sous-titré en français)   Articles connexes

    Lire la suite...

  • L'évolutionnisme, l'idée de Darwin : de l'incompréhension et l'idéologie vers la raison

    Evolution Has No Goal

    La dangereuse idée de Darwin : un documentaire de la BBC qui retrace l’impact de la découverte de Darwin et son influence sur les politiques et les sociétés depuis 150 ans. Partie I : le rejet de l'évolutionnisme par la religion : Descendre du singe ? Blasphème ! Dans le premier épisode de la série en trois parties, Andrew Marr montre comment la théorie de l’évolution a transformé notre compréhension et la perception que nous avons de l’humain. L’idée a d’abord été violemment contestée parce qu’elle dérangeait les croyances religieuses, en remettant en question la crédibilité des autorités religieuses, mais surtout la nécessité d’un créateur, et par conséquent les fondations mêmes de la morale de ce temps. Darwin dérangerait parce qu’il fournissait une nouvelle façon de concevoir les origines de la morale humaine, une nouvelle origine des comportements "bons" ou "mauvais".   Partie II : l'évolutionnisme aux mains de l'idéologie : Des massacres au nom de "la survie du plus fort"...

    Lire la suite...

  • La nature humaine : unique ?

    Evolution Has No Goal

    Robert Sapolsky, professeur de biologie et neurologie, a passé une trentaine d'années à étudier les comportements d'un groupe de babouins en Afrique de l'Est. L'homme ne peut plus être considéré comme le seul animal qui : Fabrique des outils tue les membres de sa propre espèce (bien que nous soyons les seuls capables de tuer à distance) a une compréhension des différences de perceptions (bien que nous soyons les seuls capables de développer des « théories de l'esprit secondaire* ») est capable de comprendre la notion de justice (mais nous sommes les seuls a possédé des capacités de comprendre cette notion sous un angle plus large prenant en compte notamment les circonstances) montre des comportements empathiques (mais nous sommes uniques dans le sens où notre empathie s’étend aussi à des étrangers, aux autres espèces et même à des représentations abstraites) peut anticiper une récompense même incertaine (mais nous sommes les seuls à avoir développé la capacité...

    Lire la suite...

  • La nature humaine : limitée dans ses élans de coopération par la "tyrannie des gènes" !

    RichardDawkins2

    Richard Dawkins est un biologiste de l’évolution. Son très célèbre livre Le gène égoïste (livre publié en 1976, vendu depuis à plusieurs millions d’exemplaires et traduit en 25 langues) prolonge l’explication de l’évolution de Charles Darwin. Dawkins considère que l’unité de la sélection naturelle n’est pas l’espèce, mais le gène.

    Si cette approche a fait couler tant d’encre et provoqué tant d’émulations, c’est qu’elle bouleverse les conceptions traditionnelles sur l’homme et propose une explication plutôt simple de l’origine des tensions humaine. Selon Dawkins, les êtres vivants seraient « les machines à survivre » de ce qui les pilotent : les gènes. L’idée est révolutionnaire dans le sens où elle suggère de regarder la personne non plus comme une entité propre, mais comme une multitude

    ...

    Lire la suite...