La culture cumulative est-elle l'apanage des hommes ?

Envoyer des sondes dans l'espace, éradiquer certaines maladies... Ces prouesses sont possibles parce que les humains apprennent de leurs aînés et enrichissent ce savoir au fil des générations.

Grâce à cette propriété cumulative de la culture ―qui consiste à accumuler progressivement de petites modifications qui sont ensuite transmises, utilisées et enrichies par d'autres―, nos techniques évoluent, s'améliorent d'une génération à l'autre et différent d'une population à l'autre. 

On savait déjà que les chimpanzés apprennent de nombreux comportements de leurs congénères. Cependant, tout se passe comme si chaque individu, chaque génération, recommençait à zéro. La culture cumulative était donc jusqu'ici considérée comme l'apanage de l'homme.

Mais, pour la première fois, une forme d'évolution cumulative de la culture vient d'être observée chez d'autres primates, des babouins. Cette découverte a permis de montrer que des capacités proprement humaines, comme le langage, ne sont pas forcément requises pour l'émergence d'une culture cumulative.

Source et en savoir plus sur l'expérience

 

MAJ : Les humains n’ont plus l’apanage de la culture. En novembre 2014, lors de la 11ème conférence relative à la Convention sur la conservation des espèces migratrices appartenant à la faune sauvage (un traité international conclu sous l’égide de l’ONU et auquel la France a adhéré en 1990), l’existence d’une culture non humaine a été officiellement reconnue.


Articles connexes