The Stanford Prison Experiment

L’expérience de la Prison de Stanford Nous aimons croire que seulement quelques brebis galeuses viennent contaminer le reste de l’humanité vertueuse.

La célèbre expérience de la prison de Stanford, menée en 1971 par Philip Zimbardo, questionnera durement cette croyance en suggérant que "le reste de l’humanité" pourrait bien ne pas être aussi vertueux que prévu.

L’idée de Zimbardo était simple : il souhaitait étudier le comportement de personnes ordinaires dans un contexte extraordinaire, en milieu carcéral.

Il demandera donc à une vingtaine d’étudiants — en bonne condition physique et mentale — de prendre le rôle de gardien ou de prisonnier. Les rôles sero ...

Lire la suite :

DanAriely 2
Dan Ariely

Dan Ariely présente une partie des idées de Daniel Kahneman de manière plus accessible. Ariely utilise différentes illusions optiques pour nous rappeler à quel point nos sens nous trompent. Nous sommes constamment joués par nos sens, nos intuitions. Plus curieux encore, il nous démontre comment nous persistons dans nos erreurs même lorsque nous en prenons conscience.

 

Nos intuitions nous trompent constamment et de façon prévisible, et nous ne pouvons rien y faire ! Nous faisons et répétons ces erreurs pourtant prévisibles, malgré le fait que notre sens de la vision soit le fruit de centaines de milliers d’années d’évolution. On peut alors imaginer la difficu ...

Lire la suite :

SarahJayneBlakemore
Se mettre à la place de l'autre : une faculté favorisée ou défavorisée par l'environnement sociale

Pourquoi les adolescents semblent-ils moins responsables, plus impulsifs, et globalement moins capables de se mettre à la place des autres que les adultes ?

Sarah-Jayne Blakemore, neurologue spécialiste des sciences cognitives, explore cette question par le biais d'expériences particulièrement créatives menées avec des adolescents et des adultes.

Ses études lui permettent de mesurer la capacité des personnes à se mettre à la place d’une autre personne notamment en mesurant les "conflits de perception".

Sarah-Jayne explique les différences de comportements par des différe ...

Lire la suite :

Neuronted
Se mettre à la place de l'autre : une faculté favorisée ou défavorisée par l'environnement sociale

 

Nous attendons de souffrir, d’accident, de maladie, d’un deuil pour commencer à nous interroger.Nous avons pourtant la capacité de changer sans attendre de souffrir : en modifiant notre façon de faire et nos habitudes de penser...                 Vidéo sur YouTube Articles connexes

Lire la suite :