Dan Ariely

Dan Ariely présente une partie des idées de Daniel Kahneman de manière plus accessible. Ariely utilise différentes illusions optiques pour nous rappeler à quel point nos sens nous trompent. Nous sommes constamment joués par nos sens, nos intuitions. Plus curieux encore, il nous démontre comment nous persistons dans nos erreurs même lorsque nous en prenons conscience.

 

Nos intuitions nous trompent constamment et de façon prévisible, et nous ne pouvons rien y faire ! Nous faisons et répétons ces erreurs pourtant prévisibles, malgré le fait que notre sens de la vision soit le fruit de centaines de milliers d’années d’évolution. On peut alors imaginer la difficulté que nous avons de faire des choix rationnels dans des domaines où nous sommes beaucoup moins entrainés et performants...

Contrairement à certaines capacités cruciales ― que nous pratiquons plusieurs heures par jour depuis des dizaines de milliers d’années (ex. trouver les mots d’une phrase) et qui sont pris en charge par des parties spécialisées du cerveau (ex. l’aire de Broca) ―, une multitude de décisions complexes que nous faisons chaque jour (ex. les décisions d’ordres statistiques comme nos décisions financières) sont apparues relativement récemment dans l’histoire et n’ont pas ― encore ― de zones du cerveau spécialisées qui leur sont dédiées.

Dan Ariely démontre aussi que dans notre quotidien, lorsque nous sommes confrontés à des décisions trop complexes (ex. le don d’organe), nous faisons le choix qui est le plus simple c’est à dire, le plus souvent, celui qui nous est suggéré. Nous restons ainsi, aujourd’hui encore, dangereusement influençables et manipulables parce que nous n’avons pas appris à questionner nos intuitions ni à connaitre nos préférences et nos besoins réels.

Dan Ariely précise ensuite que, non seulement, prendre une décision rationnelle n’est pas facile, mais qu’en plus, nous n’avons pas de moyens pour nous rendre compte de nos erreurs.

Nous comprenons relativement bien nos limites lorsqu’elles concernent le monde physique et nous apprenons à en tenir compte depuis le plus jeune âge, mais qu’en est-il des limitations qui concernent notre raisonnement ?

Prendre conscience de ces limites et de nos besoins réels pourrait énormément améliorer notre qualité de vie. Apprendre à faire des choix plus sages servirait à la fois notre épanouissement personnel, mais aussi celui de nos sociétés.

Bémol sur cet auteur : nous avons sélectionné le travail de Dan Ariely, pour la clarté de son approche vis-à-vis des biais cognitifs humains même si quelques points (fondamentaux, mais à un niveau plus complexe que le sujet abordé ici) nous dérangent. Il dit par exemple que "nous faisons et répétons ces erreurs pourtant prévisibles, malgré le fait que notre sens de la vision soit le fruit de centaines de milliers d’années d’évolution". Cette phrase sous-entend une interprétation erronée des mécanismes de l’évolution et des biais visuels.

La vidéo sur Ted


Articles connexes